Forum RPG - Cinq cités, un continent... Et un drame qui vient mettre le feu aux poudres!
 

Partagez | 
 

 Finwë Lúthien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Finwë Lúthien
- En pleine découverte -



Féminin Messages : 14
Age rp : 25 ans
Profession : Vagabonde / Mercenaire
Pouvoir : Métamorphose

MessageSujet: Finwë Lúthien   Jeu 26 Avr - 21:54



FINWË LÚTHIEN
.



Identité
.


Nom: LÚTHIEN
Prénom: Finwë
Surnom: Luth

Age: 25 ans
Cité d'origine: Draven
Cité actuelle: Toujours en route...

Classe sociale: Paysanne
Profession: Vagabonde / Mercenaire
Pouvoir: Métamorphose

Représentation
.


Physique:
Finwë a un physique assez intriguant. Elle a maintenant le corps d’une femme, un corps de rêve : une poitrine idéale, une taille gracile, des jambes longues et galbées, des proportions à faire pâlir une princesse. Comme tous les habitants de Draven, elle est de taille assez imposante mais cela n’enlève rien à son charme. Ses cheveux sont blonds comme les blés, comme les rayons d’un soleil printanier même, ce qui sied à merveille à son teint pâle et à ses yeux d’un bleu translucide et perçant.

Et pourtant, ce physique, elle le déteste… Il lui a valu bien trop d’ennuis – ennuis dont elle se serait volontiers passée. Alors elle tente désespérément d’y nuire : elle mange comme quatre mais ne prend pas un gramme car elle est toujours en mouvement et sur le qui-vive, elle coupe ses beaux cheveux sans le moindre soin, en bataille, mais les épis rebelles ne font en fait qu’ajouter à son mystère et la rendent encore plus attirante auprès des jeunes hommes amusés par ce contraste entre ce que voudrait être Finwë et ce qu’elle est réellement, ce contraste entre son tempérament impétueux et ces mensurations qui lui donnent des airs de poupée fragile.

Pourtant, si on l’écoutait, sa liste de défauts serait longue comme le bras. Visage trop rond, enfantin, oreilles trop grandes et attachées trop bas, nez en trompette frisant un ridicule retroussement, lèvres trop épaisses, trop pulpeuses… Elle se méprise et a l’impression d’être bâtie comme une fille de joie.

Elle se serait volontiers cachée sous des vêtements trop amples pour son gabarit, avide de dissimuler la moindre de ses formes courbes et féminines, mais le destin n’a pas été tendre avec elle et elle a dû accepter de porter des tenues qui l’ont longtemps profondément humiliée. Aujourd’hui, elle en joue un peu. Elle ne les aime pas plus qu’avant, mais elle a appris avec le poids des ans à composer avec sa honte et sa gêne pour pouvoir en tirer quelques profits qui lui facilitent la vie.

Toujours en vadrouille, elle ne possède que peu de tenues. Elle a donc dû être sélective pour ne garder que les meilleures, les plus avantageuses… Celles qui lui permettaient en dépit des temps de crise de décrocher un contrat par ci par là pour payer ses vivres et financer ses voyages.


Caractère:
Finwë a longtemps été une petite fille bien sage, obéissant calmement à la moindre volonté de ses parents, tentant désespérément de s’attirer leurs faveurs en dépit du fait qu’elle était née de sexe féminin. Elle se pliait aux quatre volontés de son père et taisait qui il était vraiment, endossant des robes qui la dégoûtaient et l’empêchaient d’aller jouer avec ses amis. Elle était revenue une fois avec une tenue tâchée de boue et la raclée qu’elle avait alors récoltée l’avait dissuadée à tout jamais de retenter l’expérience…

A l’adolescence cependant, bien que son physique hors norme n’attirait pas toujours l’attention des gens les plus fréquentables, elle finit par connaître son premier amour. Un amour sincère bien qu’un peu maladroit de par le jeune âge des deux enfants. Un amour qui eut la patience de désamorcer tous ses mécanismes de défense, tous ses faux-semblants, pour apprendre à connaître Finwë telle qu’elle était vraiment. A partir de là, elle s’était enfin épanouie mais le bonheur avait été de courte durée.

Ce passé tumultueux et ces tempéraments diamétralement opposés qu’elle avait affichés ont laissé ses traces en elle et aujourd’hui, bien que la clarté de son teint, de ses cheveux lumineux et de ses yeux semblables à de l’eau de roche pourraient supposer un caractère jovial et amical, il n’en est rien… Quand on prend réellement la peine de l’observer, en affrontant directement son regard assez longtemps, on finit immanquablement par remarquer une âme sombre et torturée, une jeune femme manquant fondamentalement de confiance en elle et d’estime de soi.

Mais comme elle refuse d’être encore et toujours une victime, elle cache tout cela derrière un masque, une indifférence feinte, une froideur et un cynisme tout aussi factices mais qui suffisent généralement à leurrer les gens qu’elle est amenée à fréquenter. Elle fait croire qu’elle est quelqu’un à l’intolérance suprême, une sans-cœur, une femme superficielle simplement attirée par les plaisirs de la chair et de l’argent, mais jouer ce rôle au final ne la protège en rien car au fond d’elle, elle n’est pas en harmonie avec son vrai « elle ». Qui saura lui faire ravaler sa fierté et lui faire admettre qu’elle n’est en rien celle qu’elle prétend être ? Qu’elle est tellement mieux que la méprisable vagabonde ou l’avide mercenaire pour qui elle se fait passer ?

Histoire
.


Ainsi donc, d’un événement qui aurait pourtant dû être fièrement célébré n’avait découlé qu’une profonde déception pour les géniteurs de Finwë qui avaient clairement toujours désiré un garçon pour améliorer leur quotidien. Un garçon, c’est fort, puissant, ça impose le respect, ça travaille et rapporte de l’argent… Une fille, c’est faible et pleurnichard, ça doit être entretenu et en plus, il faut rassembler de l’argent pour sa future dot sous peine de la voir finir en vieille dame célibataire et d’attirer la disgrâce sur le nom des Lúthien en ne trouvant pas d’époux pour l’entretenir. Bref, son père Elendil n’a jamais été tendre avec elle et n’a jamais non plus cherché à la connaître. Il voyait juste le handicap qu’elle représentait dans les finances déjà précaires de la famille et sa mère Elenwë était trop intimidée par son mari pour oser s’interposer ou même consoler Finwë après qu’elle ait essuyé une énième tourmente paternelle…

On lui apprit très vite les bonnes manières, on lui enseigna comment se comportaient les vraies dames qui voulaient quitter l’orée de la forêt pour aller vivre perchées dans les arbres dans le quartier le plus aisé de Draven. Si elle ne voulait pas déshonorer ses parents, elle devait obéir et écouter immanquablement ce qu’on lui disait. Et la fillette ne pipait mot… Elle avait appris à grandes claques qu’elle n’avait malheureusement rien à gagner à protester ou tenter de leur faire comprendre que ce n’était pas elle, qu’elle ne pourrait jamais trouver le bonheur si on la contraignait à jouer sur les apparences au lieu de privilégier ses réels traits de caractère…

Elle grandit un peu à l’écart des autres enfants de son âge du quartier modeste où les Lúthien résidaient. Elendil ne supportait pas le voisinage d’ailleurs… Il avait grandi dans la cité suspendue avec une cuillère en or dans la bouche, mais son père était mort dans un conflit avec des exilés, laissant sa veuve criblée de dettes derrière lui qui n’eut alors d’autres choix que de descendre dans l’échelle sociale pour avoir de quoi nourrir son fils. Elendil ne l’avait jamais compris ni digéré. Dévoré par l’ambition de retrouver ce que cette vieille folle lui avait arraché, il ne réalisait même pas qu’elle avait fait de son mieux et que personne n’aurait jamais pu faire d’avantage que ce qu’elle avait elle-même entrepris. Il ne lui avait d’ailleurs même pas rendu visite sur son lit de mort lorsqu’un serpent venimeux avait mordu la pauvre femme, mettant un terme à sa misérable vie après des heures de fièvre et de douleurs intolérables. Il avait toujours refusé d’admettre que le comportement dilapideur de son père était le seul responsable de leur déchéance…

Il avait rencontré Elenwë peu de temps après l’enterrement. Il jugeait la femme sotte et inintéressante… tout comme sa mère… mais elle était d’une grande beauté et lui ferait sans nul doute un garçon tout aussi séduisant et d’une santé vigoureuse. Un garçon qui lui rendrait son honneur et son titre au sein de Draven. Imaginez donc son dépit en voyant le sexe de Finwë… La pauvre fille avait été brimée et oppressée, mais était bien trop attachée à sa mère pour tenter quoi que ce soit qui put la peiner… Elle avait tout enduré en serrant inlassablement les dents, ou du moins, jusqu’à l’adolescence…

Le jour de ses 16 ans, son père lui offrit une tenue pour le moins douteuse… Du même style que celle qu’elle porte aujourd’hui en souvenir de son premier amour, du jour de leur rencontre, ce jour qui avait changé son destin. En cuir brun et vermeille, avec un dénuement certain de sa poitrine et de son ventre, et une jupe qui ne cachait au final pas grand-chose. Finwë avait blêmi en découvrant l’étendue du désastre quand Elendil lui avait ordonné de la revêtir sans plus tarder car il avait des projets pour son anniversaire. Projets uniquement motivés par son désir d’ascension personnelle bien entendu… Il avait fixé un rendez-vous galant avec un homme qui avait alors trois fois l’âge de Finwë et qui était réputé pour son humour gras et ses manières fort peu élégantes. Mais il était nanti et Elendil ne voyait que l’argent que pourrait lui ramener un mariage arrangé entre cet homme et sa fille. Finwë n’arrivait même plus à lever les yeux tant elle se sentait sale et récolta d’ailleurs quelques remarques désobligeantes en parcourant la ville pour se rendre audit rendez-vous. Elle dut se mordre la lèvre pendant toute la durée du repas pour ne pas pleurer tant les mains baladeuses de cet homme l’avaient dégoûtée et révoltée. Elle s’était poliment éclipsée dès qu’elle avait pu et s’était écroulée quelques mètres plus loin dans une ruelle pour rendre ce qu’elle avait difficilement avalé et pleurer tout son saoul pour calmer ses nerfs à vif. Fëanor était alors arrivé…

Il s’était assis à ses côtés, sans rien dire, retenant les longs cheveux de la jeune fille aussi légèrement qu’il le put pour ne pas la braquer ou la faire sursauter sous le contact. Finwë avait fini par relever ses yeux et avait reconnu le gamin qui lui avait sali sa robe quelques années auparavant. « Je n’ai jamais compris comment tu pouvais accepter tout ça… » avait-il murmuré d’une voix douce mais incontestablement peinée pour elle. Cette rencontre fortuite avait été un déclic dans la vie de la jolie jeune fille… Elle commença à sortir de la maison en catimini pour rejoindre Fëanor, il lui avait appris à rire, à monter à cheval, à cracher comme un homme, à s’aventurer dans les bois. Il l’avait même initiée un peu à la magie qu’Elendil refusait obstinément de lui enseigner sous prétexte que cela n’en valait vraiment pas l’investissement.

Mais bien sûr, avec un père pareil, l’idylle fut vite découverte et il précipita les fiançailles de sa fille avec cet homme répugnant pour y mettre un terme et la dissuader de s’adonner à ce genre de batifolages. Il la gardait enfermée dans sa chambre comme un chien de garde jalousant un os à moelle. Fëanor était désespéré de ne rien pouvoir faire. Lorsque le jour de la cérémonie arriva enfin, il trouva finalement le courage de s’interposer mais l’escorte du futur marié l’avait gravement blessé au visage et le jeune homme avait été rapidement évacué sur une civière, avec pour seul avenir des années d’emprisonnement pour cet affront. En voyant jaillir le sang de son bien-aimé à cause d’elle, Finwë était devenue hystérique. Sa mère avait tenté de la calmer, de la contenir, mais rien ni personne n’y parvint. On appela un guérisseur en renfort. Il voulut lui faire boire une potion pour l’apaiser mais Finwë ne voulait pas être en paix, elle voulait Fëanor ! Elle hurla et envoya voltiger la fiole qui atterrit dans la pièce montée et sous l’effet de la colère et de la peur panique qui lui nouait les entrailles, elle perdit tout contrôle, toute lucidité, et se métamorphosa en animal sauvage qui sema la pagaille parmi l’assistance et qui tua son ignoble promis d’un coup de griffes plein de rage et de désespoir.

Puis elle fuit dans les bois, loin des gardes qui arrivaient à corps et à cris. Elle courut jusqu’à épuisement et s’écroula au bord d’une rivière qui lui était inconnue. Lorsqu’elle reprit connaissance au petit matin, elle avait retrouvé sa forme humaine mais ne se souvenait que trop bien des faits… Elle sanglota pendant des heures tout en se remettant en route de peur qu’on la rattrape. Elle avait du sang sur les mains, elle n’était plus digne de Fëanor… Peu importe si elle parvenait à le sortir de là où il était emprisonné, elle ne pourrait plus jamais le regarder en face. Elle ne l’avait jamais mérité de toute façon…

Elle avait erré pendant une éternité, les pieds et le coeur meurtris, avant de rejoindre une caravane de nomades qui l’avaient recueillie sans poser de questions. Elle avait fait route quelques semaines avec eux, reprenant lentement des forces mais ne décrochant pas un mot ni même un sourire de remerciement. Elle avait l’impression qu’elle ne pourrait plus jamais ressentir le moindre plaisir… Elle se coupa les cheveux, ou plutôt se les tailla sans la moindre considération, comme pour expier son crime en retournant cette fois sa lame contre elle. Mais elle ne parvint pas à se blesser, elle n’en eut pas le courage… Elle quitta la caravane le lendemain et depuis, elle vagabonde à droite à gauche. Ses déplacements étaient aléatoires pour éviter que ses éventuels poursuivants n’en déduisent le moindre schéma pour ensuite la piéger et la conduire à la potence. Mais les années ont passé… Presque une décennie… Et les avis de recherche sont lentement mais sûrement tombés dans l’oubli, lui permettant ainsi de postuler pour de petits boulots temporaires ou de simples missions grâce auxquels elle peut enfin manger à sa faim et se payer parfois le luxe de dormir dans le lit bien chaud d’une auberge.

Elle reste sans attaches, persuadée qu’elle ne ferait qu’attirer le malheur sur ceux qui pourraient bien s’inquiéter de son sort, et cache cette terrible résignation, cette douloureuse solitude, derrière un masque d’une glaciale indifférence…

Et toi?
.


Prénom/Pseudo: Thalyssa
Age: 30 ans
Quelles sont tes disponibilités? Pratiquement tous les jours mais des fois, je ne ferai que passer Wink
Un conseil à nous donner? Une suggestion? -----
Autre: DC Kayhan LEHRN


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliotheque.eklablog.fr/
Inaya Aruna
- Fondatrice -



Féminin Taureau Chèvre
Messages : 141
Age : 25
Localisation : Bruxelles
Age rp : 17 ans
Profession : Princesse d'Akenaï
Pouvoir : Contrôle du feu

MessageSujet: Re: Finwë Lúthien   Jeu 26 Avr - 22:12

Re-bienvenue! Je comprends pourquoi tu as craqué... xD
Préviens-moi dés que tu auras terminé ta présentation! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xeiran.forumsrpg.com
Finwë Lúthien
- En pleine découverte -



Féminin Messages : 14
Age rp : 25 ans
Profession : Vagabonde / Mercenaire
Pouvoir : Métamorphose

MessageSujet: Re: Finwë Lúthien   Dim 29 Avr - 18:22

Traficotée sur Photoshop, l'image de base était un peu trop terne ^^

Fiche terminée en tout cas ♥
Elle m'a pris un peu plus de temps que prévu, désolée é_è

J'espère ne pas trop avoir joué les drama queens. Si c'est le cas, je m'en excuse et m'engage à éditer au plus vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliotheque.eklablog.fr/
Inaya Aruna
- Fondatrice -



Féminin Taureau Chèvre
Messages : 141
Age : 25
Localisation : Bruxelles
Age rp : 17 ans
Profession : Princesse d'Akenaï
Pouvoir : Contrôle du feu

MessageSujet: Re: Finwë Lúthien   Mar 1 Mai - 5:53

Il y a pas de soucis, j'ai toujours pas fini celle de Sian non plus xD...
Ta présentation est validée! Je ne trouve pas que tu en fais trop, au contraire, il y a de l'action! Et j'aime toujours autant ton style =D
Petite inspiration de Tolkien pour les noms? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xeiran.forumsrpg.com
Finwë Lúthien
- En pleine découverte -



Féminin Messages : 14
Age rp : 25 ans
Profession : Vagabonde / Mercenaire
Pouvoir : Métamorphose

MessageSujet: Re: Finwë Lúthien   Mar 1 Mai - 6:06

Merci pour la validation et le compliment ♥

Inaya Aruna a écrit:
Petite inspiration de Tolkien pour les noms? Wink
J'avoue ! Razz *part se cacher*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bibliotheque.eklablog.fr/
Inaya Aruna
- Fondatrice -



Féminin Taureau Chèvre
Messages : 141
Age : 25
Localisation : Bruxelles
Age rp : 17 ans
Profession : Princesse d'Akenaï
Pouvoir : Contrôle du feu

MessageSujet: Re: Finwë Lúthien   Mer 2 Mai - 9:13

Finwë Lúthien a écrit:
J'avoue ! Razz *part se cacher*

Ah ben non, justement! xD C'est encore mieux.
Allez, have fun avec ce perso Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xeiran.forumsrpg.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Finwë Lúthien   

Revenir en haut Aller en bas
 

Finwë Lúthien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réflexion sur Eärendil & Elwing et Lúthien & Beren
» Sigvald Lingwë Finwëth, l'elfe déchu.
» Lùthien Talindë - Protectrice de Tethien et magicienne
» The Drow Strikes Back ! [Lùthien]
» Il faut dire la vérité [Finwë]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Xeiran :: - Rp - :: Le Registre :: Fiches validées-